mercredi 22 avril 2015

Une histoire de Chuang Tseu sur le mystère de l'Art de Ch'ing

Sur l'inspiration de l'Artiste par Chuang Tseu




Chuang Tseu




Voir avec l'Oeil de l'Esprit

Voici une histoire que raconte ce poète taoiste né en 370 av JC en Chine.

Ch'ing, le chef charpentier, sculptait du bois pour faire un pupitre pour les instruments de musique. Une fois terminé, le travail parut à ceux qui le virent, être une exécution surnaturelle; et le prince de Lu l'interrogea, disant :

- Quel mystère y a-t-il dans ton art ?

- Point de mystère, Votre Altesse, répondit Ch'ing. Et pourtant, il y a quelque chose. quand je suis sur le point de faire un semblable pupitre, je me garde de toute diminution de mon pouvoir vital. Je réduis d'abord mon esprit à la quiétude parfaite. Trois jours en cet état, et je deviens oublieux de toute récompense à gagner. Cinq jours, et je deviens oublieux de toute renommée à acquérir. Sept jours, et je n'ai plus conscience de de mes quatre membres ni de mon ossature physique. 

Alors, sans aucune idée de la Cour présente à l'esprit, mon habileté se concentre et tous les éléments troublants du dehors ont disparu. J'entre dans quelque forêt de montagne, je cherche un arbre convenable. 

Il renferme la forme requise, qui est ensuite travaillée. je vois le pupitre avec l'oeil de l'esprit, et je me mets alors au travail.
En dehors de cela, il n'y a rien. Je met ma propre aptitude native en rapport avec celle du bois.
Ce qui était soupçonné être une exécution surnaturelle dans mon ouvrage était dû simplement à cela. 









Dans ce qui remplit l'Univers
Je vois mon corps
Et dans ce qui guide l'Univers
Je vois ma propre nature.


Chuang Tseu 













Source : Philosophie Perennis, Aldous Huxley, 1957

A lire aussi 
Voyage en citation sur la perception et l'intuition
Invitation à rêver en 5 citations

Aucun commentaire:

Publier un commentaire